Eva O'Connell : L'Irlandaise

Patience, patience, patience toujours et encore

mercredi 7 janvier 2009

Michel et Renaud : Ou comment supprimer les juges d'instruction

Comment doit-on comprendre le titre qui fait la "Une" de presque tous les journaux :
"Nicolas Sarkozy veut supprimer le juge d'instruction ! " ?
Est-ce en référence au juge Michel ?
Est-ce en référence au juge Renaud ?

Pour Emmanuelle Perreux, du syndicat de la Magistrature, c'est tout simplement "la mort d'un système judiciaire indépendant, puisque le parquet est entre les mains du pouvoir."
Christophe Régnard, le Président de l'union syndicale des Magistrats dit carrément qu'il s'agit d'abord de "venger les hommes politiques d'actions positives des juges d'instruction dans les années 1980 et 1990 dans des affaires de corruption." !!!

Notre GPS esplique que : "Le juge d'instruction, en la forme actuelle, ne peut être l'arbitre. Comment lui demander de prendre des mesures coercitives alors qu'il est avant tout guidé par la nécessité de son enquête?"

Du coup, j'en reviens au juge Michel...
On voit bien que ce fut un juge d'instruction complètement aveuglé par son enquête et donc incapable de prendre des mesures coercitives justes...
Après tout, dans le Marseille de la French Connection, dans la capitale de la drogue de l'époque, il n'a pas eu de grands résultats :
- 6 laboratoires de transformation de l'héroïne démantelés
- 70 trafiquants arrétés
- démantèlement de la filière de cette fameuse (et cinématograqphique) French connection...
Tout ça en 7 ans...

Preuve accablante de l'inutilité du juge d'instruction, si j'en crois notre Grand Président Sarkozy.

Le juge Michel (Pierre de son prénom) a été descendu de trois balles en rentrant chez lui la nuit par deux tueurs à moto, alors qu'il avait d'autres révélations sur le feu...
Preuve encore plus évidente de son inutilité...


... et au juge Renaud
6 ans avant lui, le juge Renaud avait également été descendu -juillet 75- à Lyon.
L'enquête qui a suivit à été considérée comme bâclée.
Pas moins de 6 juges d'instruction se sont succédés pour enquêter.. comme si -mais c'est probablement faux et être mauvaise langue que de dire cela- comme si, donc, à chaque fois qu'un juge trouvait une piste, il était muté ailleurs...

Le juge Renaud (François de son prénom, dit "le shériff) a été descendu de trois balles en rentrant chez lui la nuit, par trois tueurs en voiture, alors qu'il avait probablement des révélations à faire dans certaines affaires...


Moralité,
Tuons le juge Michel et le juge Renaud
une deuxième fois !
Supprimons les juges d'instruction !

2 commentaires:

leunamme a dit…

Je crois que personne n'a compris ce qu'il voulait dire : il ne voulait pas supprimer les juges d'instruction, mais les remplacer par ... lui-même, puisqu'il fit tout dans ce pays.

Jihelpe a dit…

@leunamme
Bon dieu ! Mais c'est bien sur !
Je n'y avait pas pensé.... Merci, tout s'éclaire !!!