Eva O'Connell : L'Irlandaise

Patience, patience, patience toujours et encore

mardi 6 décembre 2011

Arnaud de Montebourg ou l’Élégance faite homme

Arnaud de Montebourg est, comme chacun le sait maintenant, le compagnon d’Audrey Pulvar, journaliste politique à la télévision et à la radio.
Ce qui pose le problème de la "neutralité" des journalistes, vis à vis de leurs invités".

 Photo : DUPUY FLORENT / SIPA  20minutes.fr

A des journalistes qui lui demandaient s'il était possible qu'en politique certains hommes s'effacent pour laisser leurs compagnes exercer leurs métiers, il a répondu ceci : " Je ne vois pas pourquoi ce serait toujours les femmes qui paieraient. Les hommes aussi peuvent parfois avoir l'élégance de s'effacer. En ce qui me concerne, ce n'est pas le cas... "

 Quel Homme, ce Montebourg ! On a tous une furieuse envie de faire confiance à ce genre de personne  qui sont muent par une volonté aussi farouche de faire avancer la chose publique et qui n'ont aucune ambition trivialement personnelle.


La neutralité du journaliste a été personnifiée de tout temps jamais, par la grande distance,
l'objectivité légendaire et impartialité proverbiale de monsieur Elkabbach....

Témoin, cette page retrouvée sur wikipédia à la page : 
http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Pierre_Elkabbach

"Jean-Pierre Elkabbach est accusé d'être trop proche du pouvoir, 
par exemple par l'émission satirique Les Guignols de l'Info ou par Vincent Quivy
Dans son essai intitulé Profession : Elkabbach et paru en 2009
l'auteur dépeint un journaliste prêt à toutes les familiarités et à toutes les concessions pour s'attirer les grâces du pouvoir en place, signe de sa longévité dans le PAF (Paysage Audiovisuel Français)
Pour ses confrères Éric Zemmour et Christophe Barbier, Jean-Pierre Elkabbach pratique 
un journalisme propre à une génération, où l'« allégeance » est de mise"

Comme le disait Coluche : ".... très bonne question monsieur Elkabbach... S'il vous reste du cirage vous pourrez faire mes pompes..."

mercredi 23 novembre 2011

Un grande dame nous quitte

Je ne ferai aucun commentaire sur le communiqué lapidaire et bourré de fautes d'orthographe de l'Elysée et de Nic. Sa.




Juste un petit mot sur les fraudeurs.

Il est effectivement urgent de trouver et pénaliser un maximum de fraudeurs.
En effet, avec une moyenne de 80€ par jour indument perçu par tous ces faux malades, il faut quand même 462.5 journées pour réussir à payer à notre président une suite au Majestic pour une nuit !

vendredi 18 novembre 2011

Se mettre ou se faire mettre (en retrait) ?

Eva Joly se met en retrait, c'est la version officielle.
Ne devrait-on pas dire :
"Eva Joly se fait mettre en retrait, par Cécile Duflot" ?
(Et je suis poli !)
Une Cécile Duflot qui "n'a pas cédé" sur le nucléaire avec le PS... mais qui se retrouve -par hasard- sur la 6ème circonscritpion de Paris... tout en acceptant la poursuite du nucléaire...
Et qui prépare les présidentielle de 2017.

Pendant ce temps Nic. Sa. entre en campagne !
Tant mieux, ainsi il bloque la route à Alain Juppé, qui est le candidat le plus sérieux que les crânes d'oeufs de L'UMP pouvaient proposer.
"Faisons travailler les bénéficiaires du RSA" nous explique-t-il pour des raisons de dignité.
J'attends avec impatience la réaction de Debeulèf, notre Premier, opposé à la proposition de Wauquiez la semaine dernière....
Enfin, toujours dans sa lignée omnipotente, il nous assure heureusement qu'il n'y aura pas de licenciement chez PSA..
Et si l'on mettait les ouvriers de PSA au RSA pour les faire travailler à leurs postes actuels ?
Ainsi il n'y aurait pas vraiment de licenciement !

C'est peut-être ce qui a été négocier hier soir à l'Elysée, sur le thème pas de licenciements... mais 6000 suppressions d'emploi... ce n'est pas pareil.

PSA ne touche pas aux ouvriers mais à leur emploi...
On ne peut pas plaire à tout le monde !





Ceci dit, avec Hollande ce n'est pas gagné non plus.



Alors il nous reste le chant des oiseaux...



Et puis on peut toujours espérer



mercredi 16 novembre 2011

Majestic : Suite.... et fin d'un président ?

A 181 jours de l’élection présidentielle, je reprends un petit peu le cours de mes humeurs.
20 mois de silence... mais pas de repos.
Je mettrais en lien d'ici la mi décembre un écrit de "politique fiction" qui commence au 6 Mai 2012 et dure le temps d'un mandat présidentiel...

Pour le reste, Nic.Sa. était hier à Bordeaux pour dénoncer les fraudeurs en tout genre... Louable intention ! Nous sommes tous contre les fraudeurs qui profitent des systèmes de protection sociale et les mettent en danger.

Petit problème de mathématique à l'usage des imbéciles et des mauvais coucheurs :
Il faut trouver combien de fraudeurs au RSA ou à la sécurité sociale pour atteindre une nuit à l'Hôtel Majestic de Cannes et sa suite à 37 000 €uros ?

Mais peut-être que cette idée est venue a Nic. Sa. pendant les nuits au Majestic dans un soucis de ne pas trop pénaliser le contribuable français, auquel cas il fait preuve d'un civisme que l'on ne peut que louer (à 37 000 €uros )

lundi 22 février 2010

Out victime

France pays des droits de l'Homme
(mais pas des femmes, faut pas déconner, non plus)

En France,

tous les trois jours,

une femme meurt victime

de la violence

de son compagnon.


Lu dans "Le Monde" d'aujourd'hui :

"RESF (Réseau éducation sans frontières) a dénoncé lundi dans un communiqué l'expulsion d'une lycéenne marocaine de 19 ans d'Olivet (Loiret) victime de violences de la part de son frère, contre qui elle venait de porter plainte.

Selon RESF, la jeune fille, en France depuis 2005 parce qu'elle a voulu échapper à un mariage forcé dans son pays et élève au lycée professionnel Dolto à Olivet, est maltraitée régulièrement par le frère chez qui elle réside. Le 18 février, la jeune fille a déposé une main courante au commissariat de Montargis, puis le lendemain elle a porté plainte à la gendarmerie de Château-Renard. C'est là qu'elle est alors placée en garde à vue avant d'être expulsée samedi en direction du Maroc, selon RESF.

RESF précise que la jeune femme a présenté aux autorités un certificat médical avec une incapacité de travail de huit jours. "Najlae ne veut pas retourner au Maroc car elle sait qu'elle est destinée à être mariée à un cousin", écrit RESF dans son communiqué, jugeant l'affaire "ignoble".

La présidente de l'association féministe Ni Putes Ni Soumises, Sihem Habchi, a qualifié cette expulsion "d'intolérable, inacceptable à l'heure où une des grandes causes nationales est la violence faite aux femmes". "Les services de l'Etat sont censés renforcer l'accueil des femmes dans les commissariats et les gendarmeries, si les femmes en allant déposer plainte, peuvent se retrouver expulsées, c'est un message qui les renvoie au silence" a-t-elle dit."



http://touwity.free.fr/?post/2006/10/22/Les-femmes-ne-se-maquillent-pas-toutes-pour-les-memes-raisons

dimanche 21 février 2010

Il y a aussi des poissons volants

Pour ce dimanche
juste une petite vidéo
qui parle de l'Europe...
... en 1961





Le Président
Henri Verneuil

Qui a dit "Visionnaire" ?

samedi 20 février 2010

Bal tragique à Suresne ; Un mort

Y a Pasqua s'Pandraud plafond !

Titre un peu difficile (à comprendre) mais qui résume ce que l'on peut penser de l'axe Pasqua / Pandraud, dans le travail de flicage de la société française jusqu'aux années 80...
Avec le temps et Nic. Sa., on se rend compte que ce n'étaient que des amateurs en fossoyeurs des libertés publiques.

Souvenez vous (entre autres)
Article pris sur : http://flickr.com/photos/stephanemarion/419871317/


Malik Oussekine par STΞPH [OИ & OҒҒ]
"En arrivant dans le Quartier latin, les voltigeurs prennent en chasse les jeunes présumés « casseurs » qu’ils croisent. Malik Oussekine, selon toute vraisemblance étranger au mouvement étudiant, sort de son club de jazz favori. Il est minuit. Des voltigeurs le remarquent et se lancent à sa poursuite. Malik Oussekine court, il croise un homme qui rentre chez lui. L’homme, Paul Bayzelon, fonctionnaire des finances, laisse l’étudiant rentrer dans le hall de son immeuble. Ce dernier se croit à l’abri mais pas pour longtemps. Les policiers qui l’ont suivi rentrent à leur tour. Selon M. Bayzelon, seul témoin du drame, les voltigeurs « se sont précipités sur le type réfugié au fond et l’ont frappé avec une violence incroyable. Il est tombé, ils ont continué à frapper à coups de matraque et de pieds dans le ventre et dans le dos. ». Peu après le Samu arrive sur place. Ils apportent les premiers soins à Malik Oussekine et le transportent à l’hôpital Cochin où il décède. Selon les médecins, l’étudiant meurt autant des suites du passage à tabac par la police que de sa déficience rénale (inconnue des médecins urgentistes). Le ministre de l’Intérieur Charles Pasqua et son secrétaire d'État, Robert Pandraud, choquent alors l’opinion en ne condamnant pas l’action de la police ce soir-là. "

Pendant ce long silence, beaucoup de gens important sont morts....
Que ce soit dans le cinéma, la littérature, la Bande Dessinée et autre
Je ne les citerai pas, car j'en oublierai...