Eva O'Connell : L'Irlandaise

Patience, patience, patience toujours et encore

samedi 14 février 2009

Guadeloupe : Ils ont le soleil gratuit, et ils ralent !

Monsieur Yves Jégo est Secrétaire d'État, ça, tout le monde le sait. Même lui !
Même si parfois, il aimerait bien être Ministre.

Il est secrétaire d'État à l'Outre-mer, ça tout le monde le sait. Même lui !

Et l'Outre -mer, cela veut dire les territoires et les départements d'Outre-Mer (les DOM-TOM) et ça, tout le monde le sait... mais pas lui.

Ce matin sur France Info, il a parlé des problèmes de la Guadeloupe, qui vont s'étendre à la Réunion, la Martinique et la Guyane, comme des problèmes dans les territoires d'Outre mer. Or, sur les quatre "territoires" cités, il y en a...aucun !
Ce sont tous des départements d'Outre-mer.

Si le min... oups... le Secrétaire d'Etat en charge de l'Outre-mer ne fait pas la différence, je vois mal comment il va régler les problèmes liés à ces départements...
A moins qu'il ne pense que DOM-TOM soit un... GPS
Mais l'ignorance est semble-t-il une qualité pour évoluer dans l'entourage de Sa Proéminence.

A propos de notre Grand Président Sarkozy :
Ce même Nicolas Sakozy vient de dire, quelques semaines après avoir abandonné la tête de Union Européenne, qu'il n'y avait plus d'industrie en grande Bretagne.
Industrie qui représente 14% du PIB outre-manche...
Il est vrai que ce n'est pas comparable à la France, dont l'industrie florissante repésente... 16% du PIB...

Faut dire que notre GPS, lui, sait où il faut frapper pour dégotter des contrat

Vu sur le blog "Sarcostique"

Mais comme le disait l'empereur Vespasien,
inventeur latin des latrines payantes du même nom
-les vespasiennes-
"L'argent n'a pas d'odeur"

Mais il a parfois un c(g)oût amer...

8 commentaires:

leunamme a dit…

Je ne suis même pas sûr qu'il sache qu'il ministre vu le temps qu'il a mis pour y aller.

Jihelpe a dit…

@leunamme
Et va-t-il le rester, maintenant que Matignon prend le relais ?

rachid a dit…

Shalom aleykhum,

Interrogé hier sur la situation en Guadeloupe et plus généralement sur les DOM au journal de 13h de France 2, Patrick Karam n’y est pas allé par quatre chemins. Il a carrément parlé de faillite de l’Etat et d’échec de la départementalisation. Venant de la bouche du délégué interministériel à l’égalité des chances des Français d’outre-mer, la phrase prend évidemment un relief particulier. Il est vrai que les chiffres parlent d’eux-mêmes. Le chômage est deux fois plus élevé dans les départements d’outre-mer qu’en métropole. Il ne faudrait pas pour autant penser que Patrick Karam serait soudainement devenu pro-gréviste ou pro-indépendantiste. En parlant d’échec de l’Etat, il a voulu mettre dans le même bateau les gouvernements de droite et de gauche qui se sont succédé. Ce qui n’est pas faux. Les émeutes à La Réunion, en 1991, n’ont-elles pas eu lieu sous un gouvernement socialiste ? Cela pour rafraîchir la mémoire du lion sot Montebourg ! Patrick Karam s’est même permis d’épingler Jacques Chirac, dont on connaît le goût prononcé pour l’outre-mer, expliquant que l’ancien président considérait les Antillais comme de grands enfants. Contrairement à Nicolas Sarkozy, a-t-il ajouté, qui considère les Antillais comme des adultes. Est-ce la raison pour laquelle on n’a pas entendu notre président prononcer un seul mot sur la situation de la Guadeloupe lors de son interview la semaine dernière ? Mais le plus fort reste quand même Yves Jégo. Sans doute touché par la grâce de la Saint-Valentin, le secrétaire d’Etat à l’Outre-mer a enfin trouvé la solution au problème qu’il n’avait pu résoudre durant ses deux escapades en Guadeloupe. Ce dont manque ce département ? Ce pourquoi la grève s’éternise depuis presque un mois ? D’amour ! Dans une tribune au Figaro, Yves Jégo vient de déclarer : « Oui, l’outre-mer a besoin d’amour ». Les gendarmes qu’on vient d’envoyer en Guadeloupe connaissent maintenant la nature exacte de leur mission !

rachid a dit…

Nicolas Sarkozy me fait de plus en plus penser à un prestidigitateur ringard qui sortirait une carpe de son chapeau quand le public attendrait un lapin. Ainsi le magicien en chef de l’Élysée nous promettait des grèves invisibles. On voit aujourd’hui le résultat en Guadeloupe. Comment déminer le dossier ? Avec beaucoup de retard à l’allumage, le gouvernement envoyait, il y a quinze jours, Yves Jégo : « Je n’ai pas de date de retour et resterai sur place aussi longtemps que nécessaire », déclarait alors, et de tonitruante manière, le secrétaire d’État à l’Outre-mer. Comme quoi il faut savoir ses secrets taire ! Depuis, notre homme a fait le yo-yo, emmenant dans ses bagages deux « médiateurs » dont tout le monde s’est aussitôt gaussé. Bref, on n’est pas sorti de l’auberge créole. Et on peut s’interroger sur le mutisme soudain de notre président. Nicolas Sarkozy aurait-il découvert que le silence est d’or, surtout quand il est question d’argent ? Attendrait-il que la situation pourrisse inexorablement avant d’envoyer la troupe ? Il pourrait se grimer alors en général De Gaulle et déclarer, magistral : « La réforme, oui : la chienlit, non. » Cela dit, la situation difficile des départements d’outre-mer ne date pas d’hier. Le socialiste Arnaud Montebourg peut bien aller faire le pitre en pointe aux Antilles, il n’empêche que la gauche au pouvoir comme la droite ne se sont jamais attelées au fond du problème. On a simplement empilé les unes sur les autres des mesurettes (dont la défiscalisation) qui ne sauraient apporter un véritable remède. Le véritable remède ? Cela demanderait de tout remettre à plat : la continuité territoriale, les monopoles, les 30 % de rémunération en plus des fonctionnaires, le statut même de département… Cocktail hautement explosif, on l’imagine aisément, d’autant qu’il n’existe aucun consensus sur la question, ni de droite, ni de gauche ni d’ailleurs. La quadrature de l’île, en somme !

rachid a dit…

Rachid de l'île de La Réunion,

La Réunion s'engage:
Grêve GENERALE le 5 mars

En musique et que du bonheur:

http://www.youtube.com/watch?v=AUsqETSgKeY

Jihelpe a dit…

@ rachid
merci pour ces longs messages. Je connais moins la Réunion que la Guadeloupe mais je pense que le problème est que l'on veut régler le... "problème".
Est-ce que l'on doit considérer ces iles comme des problèmes ou comme des sources de richesses différentes ?

je suis ravi de lire que les gendarmes ont une mission bien spéciale cette fois :)
J'ai un peu peur que ce soit quand même l'amour vache...

Pour le lien, merci, j'ai apprécier la chanson, je ne connaissais pas Davy Sicard

Léa a dit…

Il n'y a pas qu'à la Réunion ou en Martinique que l'on rencontre des inégalités flagrantes. La Nouvelle-Calédonie est saturée par ses spécificités. On pourrait en déduire qu'il existe encore des républiques bananières faisant partie de la France. Un exemple parmi tant d'autres : En Nouvelle-Calédonie, le régime en place de la Province-Sud n’a pas hésité à multiplier par 12 le loyer d’une activité touristique avant de l’expulser ! Une technique d’un autre âge et qui rappelle certain moyen de pression de certaine économie parallèle. Explications sur http://www.caledosphere.com/?p=5811r

Jihelpe a dit…

@léa
merci pour ces infos.
Mais nous pourrions rajouter la Corse, le Var (qui n'est pourtant pas une île), les Alpes maritimes et peut-être même les Hauts de Seine.... et j'en oublie certaienment.
Finalement la France est une énorme banane...et en a le régime adapté.