Eva O'Connell : L'Irlandaise

Patience, patience, patience toujours et encore

lundi 3 novembre 2008

Liberté, j'écris ton "NON"

3 novembre 2008


Ah, la liberté...
Quel jolie mot !
Quelle belle idée !
Quel stock de conneries n'a-t-on pas écrit en ton nom !!!

Les employés sont désormais libres de travailler jusqu'à 70 ans...

"Une volonté de laisser les Français
libres de choisir leur date de départ",
nous explique Xavier Bertrand !

Voilà ce que doivent plaider les avocats de Pierre Bellanger, le PDG de SkyRock accusé d'avoir corrompu une mineure
"en l'initiant à diverses formes de sexualité, notamment de groupe, homosexuelle ou sado-masochiste, y compris avec la participation de sa sœur aînée"

(Je ne connais pas le fin mot de l'histoire, et je ne prétends pas que celle-ci est vraie, je m'appuie uniquement sur les propos tenus par les différents partis pour en tirer des extrapolations...ndlr)

Mais c'est la liberté ! Liberté de s'envoyer en l'air avec des moins de 18 ans...
Liberté de faire tout et n'importe quoi, mais surtout de faire ce qui me plait, ce qui me rapporte, ce qui me procure du plaisir, bref aller contre mon désir c'est une atteinte à ma liberté...

Comme c'est l'exemple qui vient du chef de l'État, notre GPS, pas étonnant que les gens s'affichent dans les mêmes dispositions...

Il y a quelques années déjà, François Léotard -le frère raté du grand poète éthylique et comédien- avait été brillant avec cette notion de liberté.
Nous sommes en 1986, Mitterrand est toujours président, mais l'assemblée nationale passe à droite.
Le nouveau ministre de la culture -qui avait demandé le ministère des armées- répond à un journaliste qui lui demande ce qu'il juge positif dans ce qu'a mis en place son prédécesseur (Jack Lang qui a fait beaucoup entre 1981 et 1984, avant de devenir ce que l'on sait).
"Rien" répond François Léotard.
"Rien ? Vous êtes sùr ?" insiste le journaliste.
"Rien ! Peut-être la fête de la musique. Oui, nous allons la garder, mais nous avec une volonté de liberté !"

Ah, liberté quand tu nous tiens !
Bon reconnaissons quand même
à François Léotard cette phrase

" J’ai voté Nicolas Sarkozy, mais dors mal depuis."

Enfin, c'est comme la Télé
qui nous rend libres...

Libres simplement de changer de chaine

5 commentaires:

gballand a dit…

Mon mari me rappelle toujours qu'en 1987, Léotard, alors ministre, avait cédé TF1 au consortium mené par Francis Bouygues, au titre du " mieux disant culturel" ! C'est réussi, non ?

Catherine a dit…

Quelle belle hypocrisie d'"autoriser" les gens à travailler jusqu'à 70 ans quand on sait que les entreprises virent sans état d'âme les gens de plus de 57 ans et ne vous embauchent pas après 45.

Jihelpe a dit…

@gballand
Exact... Et et qui oserait se plaindre de ces monuments de bon gout et de subtilité que TF1 nous déverse chaque jour avec un talent à peine tout juste croyable...
TF1 s'affiche TVcon sur mon écran...
Mais je n'ose pas le dire de peur d'avoir un procès...
La majorité des cons n'apprécieront pas d'être traités si mal...

@ catherine
C'est la sacro sainte liberté à la mode libérale. Vu que tout est possible, celui qui ne réussit pas est responsable...
C'est le mythe du self made man américain, qui sous prétexte d'une réussite de temps en temps, s'acharne à faire croire aux plus démunis qu'ils peuvent réussir également s'ils font ce qu'il faut.

C'est la gouvernance du mépris !!!

mcfafa a dit…

et dire que ce casanova des ondes est le pdg (à 20% de parts, les reste c'est axa) de la radio la plus écoutée chez les 11 -12 ans (1 sur 3) et que l'éducation nationale fait tellement peu en matière d'éducation aux médias il y a de quoi s'inquiéter pour nos enfants...éclairer leurs esprits non pas pour en faire de bons animateurs de radio (bien que) mais de bons critiques...

Jihelpe a dit…

@mcfafa
Parce qu'il n'y a plus -ou presque plus- de réelle portée de l'Education Populaire.
De ce mouvement issue du début du 20° siècle, qui a prit un certain corps dans les années trente -avec 36- et qui est né après la seconde guerre mondiale.
Mais pour que vive un tel mouvement il faut d'abord des militants de cette cause et pas des professionnels qui viennent prendre leurs salaires en faisant juste le minimum, une administration qui casse toutes les initiatives qui ne rentrent pas dans un cadre précis et étriqué, et il faut également des élus qui pense l'avenir autrement qu'à l'échéance prochaine...
Mais ce sont les électeurs qui choisissent...
Moralité, : il y a du boulot !!!

Petit rectificatif sur mon commentaire au dessus
Il faut lire : la majorité des cons n'appréciera pas, et non, n'apprécieront pas... Le sujet c'est "la majorité".
C'est une erreur classique qui a le don de me mettre en boule... alors quand je la fais...