Eva O'Connell : L'Irlandaise

Patience, patience, patience toujours et encore

mercredi 17 septembre 2008

un point de vue pas capital

17 septembre 2008


Bordeaux ne sera pas Capitale Européenne de la culture.

Ce qui me rassure car le contraire aurait été très inquiétant sur l'état de la culture européenne !!!

Si on ne peut pas complètement parler de désert culturel, il est toutefois difficile de trouver ce qui aurait pu justifier une pareille appellation.

Le fait même d'avoir pensé que Bordeaux pouvait y prétendre est un signe, soit de suffisance extrême, soit de maladie mentale aggravée !
Certes, il y a un certain patrimoine -quand il n'est pas détruit, au grand dam de l'Unesco !
Mais sortis de là, nous ne pouvons vraiment compter que sur le fameux Opéra de Bordeaux, car le reste est confidentiel.

Heureusement qu'il y a beaucoup de troupes de théâtre, qui essayent de survivre malgré le manque de subvention de la part de la ville, et par ci par là quelques initiatives particulières.

Plus question d'un CAPC -Centre d'Art Contemporain- qui fut à la pointe dans ce domaine

-pour l'anecdote, la première expo de l'ère Juppé au CAPC a été une expo consacrée à... Miro...
J'aime beaucoup, mais je connais quelques autres artistes dans le milieu de l'art... "contemporain"-

Plus question d'un "Mai Musical" qui mettait la musique classique à l'honneur et à la portée de toutes les bourses.

Plus question d'un Sygma, spectacles principalement de théâtre et de musique, dans lequel j'ai rencontré des spectateurs du monde entier -Etats Unis, Japon, Brésil... pour ne pas parler d'Europe et d'Afrique...

Plus question de cette foultitude de groupe de rock et de blues, dont les plus connus sont Gamine et Noir Désir, mais on pourrait ajouter Strychnine, les Standards, Réverbère... and so on...

La très belle façade des quais et sa magnifique rénovation -sauf pour les personnes handicapées...- ne suffit pas à faire oublier la lourdeur de la ville, le poids de ses "élites" et sa misère intérieure....

Pour l'escarcelle de la culture deux nouveautés toutefois de l'ère Juppé :
Le salon de l'érotisme et le casino


Après

Lilia sola Regunt Undas, Lunas, Castra et Leonem
Seuls les Lys gouvernent les eaux, la Lune, le Camp et le Lion


la nouvelle devise Bordelaise ?

Pecuniae ac Sexus
Du fric et du cul,

4 commentaires:

gballand a dit…

Eh bien tout ça ne donne pas envie de vivre à Bordeaux, dites-moi ?
Des bons points, quand même ?

Jihelpe a dit…

@gballand
C'est effectivement parfois très lourd... et d'autant plus quand on connait les différentes possibilités de la ville et de ses habitants... qui sont malheureusement gâchées pour la plupart par l'équipe en place et son maire... le meilleur d'entre eux...

Seb a dit…

Oohhh jihelpe ! tu as oublié de mentionné que Pinder passe très souvent et la foire de temps en temps... Bon c'est sûr on a perdu aussi le salon du livre et le Colbert (un navire de guerre immonde qui hantait les quais et qui se voulait être un musée) ! bon pour ce dernier c'est vrai que c'était la BA du centenaire ! faut attendre le 22e siècle maintenant pour la suivante...

Enfin j'appuie ta remarque : la culture ce n'est pas que de l'immobilier urbain ! c'est avant tout de l'humain ! ah bah c'est raté alors...

Jihelpe a dit…

C'est vrai, j'oubliait le salon du livre qui a disparu également pour donné place à une escale de livre quasiment insipide...

Pour Pinder, notre maire pourrq toujours s'y recycler en clown blanc...