Eva O'Connell : L'Irlandaise

Patience, patience, patience toujours et encore

dimanche 11 novembre 2007

L'intelligence des femmes est dans les ovaires...

11 novembre 2007

Norman Mailer est décédé hier. J'ai entendu plusieurs fois dans la journée, à la télé comme à la radio qu'il aimait par dessus tout les femmes...
La preuve étant qu'il a été marié 6 fois...

Je ne connais pas spécialement Norman Mailer, du moins dans sa vie privée, mais on peut interpréter le fait d'être marié 6 fois de plusieurs manières... notamment
- il ne supportait pas les femmes, et en changeait régulièrement
- les femmes ne le supportait pas, et elles l'ont abandonné régulièrement.

J'ai souvent entendu des hommes célèbres affirmer aimer les femmes,ou même, "La Femme"... et le discours derrière était la plupart du temps des plus méprisants -donc méprisable- pour "l'objet" de leur admiration.
Alors je vous propose ce petit morceau, quasiment d'anthologie, d'un grand admirateur de "La Femme" (c'est pas moi qui le dit, c'est lui)... Léo Ferré



Le titre de cette vidéo,
pris dans le discours de Ferré est :

"L'intelligence des femmes
est dans les ovaires..."
Comme quoi les conneries peuvent nous survivre...

La phrase comique du jour est décernée à... Léo Ferré...et je vous laisse le soin de choisir celle que vous préférez...

Pour le reste, dans 11 ans nous "fêterons" les 100 ans de la fin de la plus grande boucherie du 20ème siècle.
Est ce que nous devrons supporter le petit Nicolas ce jour là ?
Je l'imagine dans une tranchée

"Qui c'est qui à dit ça ?
Ouais bien viens le dire ici, si tu es un homme" etc...etc

Sans ironie pour les hommes -français ou allemands- qui se sont retrouvés dans l'enfer pour les beaux yeux des marchands de canons...

8 commentaires:

catherine a dit…

Je découvre ton blog en passant par chez Gilles Aitte. Je reviendrai certainement régulièrement te lire.
Pour Léo Ferré instinctivement je ne l'ai jamais aimé. J'ai eu bien raison de suivre mon instinct ;-)

Jihelpe a dit…

@ catherine
Ma femme a toujours eu la même distance vis à vis de Ferré, sans connaitre cet interview (qu'elle m'a fait découvrir). Pour ma part il y a quelques textes que je trouve beaux, mais, je pense qu'il appuie trop des textes lourds par des musiques ampoulées...
Pour ce qui concerne la "bande des trois", Brassens et Brel sont largement devant dans mon hit parade personnel.
Brel n'était pas particulièrement tendre avec les femmes... (avec les hommes non plus, mais un peu moins)
Et on ne sens pas de calcul chez Brel, simplement de l'émotion.

leunamme a dit…

J'ai entendu une thèorie intéressante cet après midi sur France inter : la première guerre mondiale aurait été très utile puisqu'elle a permis d'éliminer de nombreux socialistes et syndiqués que l'on envoyait en première ligne. Français comme Allemands.

Flo Py a dit…

Ferré, c'est un peu comme Céline (bien qu'ils n'aient absolument rien en commun, je tiens à le préciser) : il faut distinguer l'homme de l'oeuvre.
La Mémoire et la Mer est un des textes les plus magnifiques jamais écrits, à mon sens. Et j'aime aussi infiniment la musique.
Cette vidéo prouve simplement qu'on peut un génie et un connard tout à la fois :-)

Bises et merci d'avoir exhumé cette interview (qui ne gagne cependant pas à être connue ;-)).

Jihelpe a dit…

@ leunamme
Oui, de la même façon qu'on envoyait les "sauvages" en première ligne ; marocains, corses, bretons, algériens et basques...

Jihelpe a dit…

@ flo py
C'est une question que je me pose quelquefois... doit-on vraiment séparer l'œuvre de l'homme... difficile... et pourtant, j'aime les tableaux de Dali... mais je me sens plus proche de Picasso... qui n'était pas facile non plus
L'avantage c'est que, avec le temps, on oublie ...les mauvais côté de l'homme

pedro a dit…

Je vais me permettre d'amener quelques gros bémols à vos commentaires. Mon métier m'a amené à rencontrer Léo Ferré à plusieurs reprises mais surtout j'ai pour ami celui qui fut, pendant de nombreuses années, son régisseur. Je longuement discuté de Léo avec son pianiste Paul Castagnier. La misogynie de Léo Ferré ne peut pas s'affirmer à la seule vue de cet entretien, il ne faut pas confondre un jeu intellectuel (contradictoire d'ailleurs avec de nombreux de ses textes) et un comportement humain au quotidien. J'ai pu constater, par moi même la qualité des rapports qu'il entretenait avec les femmes et surtout son épouse. J'ai souvenance aussi d'interviews de Jacques Brel et de Brassens du même tonneau. Entendre ces propos au premier degré serait une grave erreur...

amicalement

pedro

Jihelpe a dit…

@ pedro
Merci pour ton commentaire.
Cela me rassure un peu sur Léo Ferré. Comme je l'ai dit, j'ai trouvé certains de es textes beaux et j'ai, bien sur, des disques de Léo.
Je pense quand même que c'est une grosse connerie ce qu'il a dite... et cela donne raison à... Léo Ferré, qui a répondu un jour à une femme qui lui a serré la main en disant "j'ai touché un dieu"
"Madame, je pisse, comme vous..."
La question est peut-être : qui ne dit jamais de conneries ?
(Brassens répondrait probablelement : les muets !)