Eva O'Connell : L'Irlandaise

Patience, patience, patience toujours et encore

dimanche 23 septembre 2007

Langue ; Better "mime" than basic langage

23 septembre 2007

Marcel Marceau est décédé
Bilan : 2 morts
Le mime et Bip

Tout le monde se souvient du mime Marceau.
Celui qui jouait son propre rôle dans «la dernière folie de Mel Brooks», film muet où il était le seul à prononcer un mot : « Non »

Celui qui s'était rendu célèbre avec son personnage,
créé en 1947,
le fameux Bip...

bip....bip ...bip


Préoccupant : L'attaque sur la diversité des langues débarque en Europe. Un texte, soi disant uniquement technique, sur les brevets européens, sent la volonté de domination de l'anglo américain.C'est "le protocole de Londres"

Le 26 septembre, les députés français doivent -ou non- ratifier ce protocole. Si 11 pays l'ont déjà ratifié, d'autres pays, comme l'Italie, l'Espagne, La Grèce, la Finlande le refusent obstinément. S'il est accepté, tous les brevets ne pourront être déposés qu'en anglais.

C'est ce qu'on peut appeler le début de la fin. Surtout avec un président en admiration devant tout ce qui est américain, nous avons des "chances" de finir monolingues, et ce sera la plus pauvre des langues : l'américain


La nouvelle comique de la semaine : La ville de Montcuq sera dans la prochaine édition du monopoly, dans laquelle chaque rue sera remplacée par une ville. Les joueurs pourront désormais se battre pour acheter Montcuq

(merci à Daniel Prévost
de nous avoir fait connaitre cette jolie cité)





2 commentaires:

leunamme a dit…

J'avais entendu parler du protocole de Londres. Ce qui est grave, c'est que désormais, nous ne serons plus obligés de traduire les brevets, qui resteront donc en anglais. A terme, c'est une catastrophe pour les pme qui n'ont pas les moyens de se payer de bons traductuers pour les termes techniques.

Jihelpe a dit…

@ leunamme
C'est effectivement sous la pression des multinationales, et principalement des industries pharmaceutiques que ce protocole a été imaginé...
La survie des PME n'est pas leur soucis, pas plus que celui de nos hommes politiques... même si ce sont elles qui crèent le plus d'emplois...